Faire-part de décès - Soeur Marie Felicidad

Le 12 août 2022, au Centre Desfontaines (Quincy sous Sénart)

notre Sœur Marie-Felicidad du Christ  (Felicidad Guindel Aranda)

est retournée au Père

dans sa 85ème année, la 61ème de sa Profession.

Notre Sœur Marie-Felicidad du Christ est née le 10 août 1938 à Villacañas, près de Tolède. Son père alors parti combattre en France, la famille ne pourra être réunie que quelques années plus tard alors qu’elle s’installera dans les Pyrénées-Atlantiques. La petite Felicidad, déjà atteinte de Poliomyélite, mais élevée dans l’amour de ce père absent, le reconnut du premier coup d’œil.

Bientôt elle dû partir vivre en institution spécialisée à l’autre bout de la France. Dans ces institutions ont apprenait aux enfants atteints de cette maladie à dépasser leurs limites en exerçant leur volonté. C’est ainsi que Felicidad insista pour pouvoir marcher, et subit à cette fin une vingtaine d’opérations des jambes et des pieds.

Forte d’un tempérament enjoué très communicatif, elle est arrivée à Brou l’été 1959, et est tombée sous le charme des observances monastiques d’alors qui lui permettaient de vivre son grand désir d’absolu. Elle a gardé de cette époque de sa vie une spiritualité sponsale. Elle imaginait Marie-Madeleine courant joyeuse après sa rencontre du Christ ressuscité au tombeau, et trouvait toujours que l’on chantait le grand Alleluia de Pâques de manière trop lente et solennelle.

Toujours prête quand il s’agissait de développer ses possibilités, elle apprit à conduire, à jouer de la cithare, servit comme chantre, cuisinière, secrétaire... Sa polyvalence lui valut de vivre dans plusieurs de nos monastères : Brou, Aubry, Castle Carry en Angleterre, Montligeon, Andecy, St James ; c’est à Uzos, dans la région où elle avait vécu sa jeunesse qu’elle s’épanouit le plus ; elle y fut conseillère. A la fermeture de St James en 2016, dont elle était membre, elle entra en EHPAD à Quincy sous Sénart (Essonne) où elle participa à l’animation de l’établissement. Six ans plus tard, de graves ennuis de santé la firent décliner d’un seul coup, une des dernières phrases qu’elle répétait sans cesse dit tout de sa force de vie : ‘allez, on y va !’ Elle s’est certainement présentée devant son Seigneur avec le même élan.

Sa devise était : « aimer ». Dans l’action de grâce pour sa vie toute donnée, nous la confions à votre prière.

 

Vigiles des défunts célébrées au Monastère Saint-Joseph le 16 août 2022 à 20h30.

Messe des Obsèques célébrée au Monastère Saint-Joseph le 17 août 2022 à 9h45.