Lettre aux oblats

  Février     2021
        

        Chères  Oblates,


Avec ce mois de février 2021, nous continuons avec  l’article  que nous avons commencé à lire en octobre 2020:  
 
                Lire nos Directoires.     Voici la 1 ère suite


2. Entrer dans la dynamique pascale

    Écoutons d’abord quelques citations de nos directoires :
Image

             L’essentiel de leur vocation : la croix .
La croix qui n’est pas une calamité, mais le grand espoir et la source de toute fécondité.

La joie ne peut se séparer de la Croix.

Le Seigneur nous veut fécondes par la croix.





On voit clairement – dans ces citations qui parlent de la croix – qu’il s’agit de la vie qui jaillit de la mort.



    Notre  Amen, Alléluia !  dit la même chose.
On dit  Amen,   on s’ouvre,  la grâce peut passer , et la joie viendra.
Depuis le Concile on parle moins du mystère de la Croix.
On dit plutôt : mystère pascal. Mais il s’agit du même mystère.
La loi spirituelle de la vie consiste en ceci : pour ressusciter, il faut avoir le courage de mourir, c’est-à-dire d’accepter cette existence terrestre qui se développe dans une dynamique de mort et de résurrection.

    Jésus Crucifié donne la possibilité de transformer la souffrance en acte de don à Dieu et d’Amour Rédempteur pour soi et pour les autres. C’est la souffrance de la femme prête à accoucher qui se transforme en une joie qui fait oublier la peine ; c’est le mystère du grain de blé qui semble mourir, mais va revivre.

    Nos directoires ont été écrits en un temps où l’on n’employait pas encore le terme : mystère pascal.  Mais une terminologie y est présente :

La croix, c’est pour la résurrection de Notre Seigneur et notre entrée dans la vie.

Nous sommes dans le passage.

Les nuits illuminent, lorsqu’on s’abandonne au bon plaisir divin.

Nos souffrances ici-bas sont déjà éclairées de l’aube de la résurrection.

À chaque moment, être élevée des ténèbres à son inaccessible lumière..

Et surtout, bien sûr, notre devise  
Amen, Alléluia !
qui résume si clairement ce que nous avons vu jusqu’à présent.


    En disant «Amen», nous nous ouvrons, l’Amour de Dieu peut passer et c’est le passage

⦁    de notre égoïsme à la charité
⦁    de notre refus au don
⦁    de notre repliement sur nous-même à la liberté
⦁    de la mort à la vie dans l’Esprit

    Ainsi, nous sommes toujours en marche vers la vraie vie. Toute nos petites morts deviennent des Pâques. Nous entrons dans l’Amour du Christ et allons avec Lui vers le Père. C’est la dynamique pascale.






Nouvelle :

Le Seigneur a rappelé à Lui notre Soeur Marie-Bénigne de la visitation (Marie-Thérèse Bouchard) dans sa 91 ème année, la 62 ème de sa Profession.

Nous vous la confions à votre prière.