Lettre aux oblats

Septembre  2022                 

 

                  Chères  Oblates,

 

 

         À partir de ce mois de septembre 2022, nous allons méditer dans nos lettres mensuelles sur notre «Règle de Vie». Elle permet de mettre en pratique la «RB» dans notre situation actuelle avec des mots de notre temps.

 

Ce sont les causeries de Sr. Anne-Sophie, notre Prieure, qu’elle a données  à la communauté sur notre «Règle de Vie».

 

Pour une bonne lecture de ces lettres, c’est bon de se munir de «la Règle de Vie»….si vous  avez ce livre.

 

Notre Règle de Vie 

 

«La Congrégation est née de de la foi en l’Amour de Dieu pour tous les hommes, de la foi en sa prédilection pour les pauvres».

 

En guise de notice historique, je vous lis un extrait d’un texte de Sœur Marie-Catherine, de septembre 1974 :

 

         «La Congrégation est fondée en 1930 par Monsieur l’Abbé Gaucheron et Mademoiselle Suzanne Wrotnowska – qui devient MèreMarie des Douleurs. Ce fut par la volonté d’offrir la possibilité de la vie religieuse à des personnes que l’état physique...écartait alors des Instituts existants...Nos fondateurs comprirent que...pour ces personnes, il y avait un appel à être associées de plus près au Mystère de Rédemption, en suivant le Christ dans l’adhésion à la volonté du Père qui fut la sienne toute sa vie, spécialement dans sa Passion. C’est dans cette double perspective que commença la Congrégation de Jésus Crucifié.»

 

Comme tout Institut religieux, la Congrégation devait s’appuyer sur une des grandes règles qui existent dans l’Église. Celle de saint Benoît fut choisie. Par sa discrétion, sa largeur de vue, elle convenait à des personnes ayant à équilibrer une vie où il serait tenu compte de leurs handicaps et qui, en même temps, devait être vraiment monastique .Des constitutions étaient nécessaires pour préciser la forme de la spiritualité de la Congrégation. Elles furent d’abord vécues, avec élan et dans la joie ; puis écrites par Mère Marie des Douleurs en mai 1937.

 

La Congrégation fut tout de suite orientée vers la vie contemplative. C’est la contemplation qui nous aide à voir dans une seule lumière la Croix et la Résurrection et, surtout, à chercher à traduire cette vérité dans notre existence, à comprendre que ce qui a été vrai pour le Christ (Lc 24,26) l’est pour nous et pour nous tous.

 

Nous ne mettons pas l’accent sur la souffrance, mais sur la volonté de Dieu et nous savons qu’en acceptant cette volonté – non pas de façon passive, mais dans la fidélité active qui se met en quête de cette volonté – nous participons, par le Christ, à la Rédemption du Monde.

Nous voulons rechercher une union de plus en plus intime avec le Christ Jésus afin d'être transformées en Lui et que ce soit Lui qui vit,souffre, aime en nous (Ga 2,20).

 

         Cette Règle de Vie,  c’est-à-dire…. c’est une règle pour vivre à la suite du Christ

                                       qui nous conduit vers le Père.

          Vivre présente un caractère d’urgence, c’est aujourd’hui et maintenant.

 C’est ce que saint Benoît nous dit au Prologue de sa Règle : «Tandis qu’il est encore temps et que nous sommes en ce corps et que nous pouvons accomplir tout cela à la lumière de la vie, courons et faisons, dès ce moment, ce qui nous profitera pour toute l’éternité» (Prov 43, 44)

 

Nous lisons à la toute première page de «la Règle de Vie «deux citations du Nouveau Testament :

         Jn 3, 16 : «Nous avons entendu cette parole : Le Père a tant aimé le monde qu’il a envoyé                                                                        son Fils unique.»

         Phil 2, 8 : «Il s’est fait obéissant jusqu’à la mort et la mort de la Croix.»

 

Et plus bas : C’est elle, lCroix ; qui explique l’Institut. Et nous avons répondu : «Pour nous, nous avons cru à l’Amour.»  (Mère Marie des Douleurs)

 

Avez-vous remarqué combien cette première page de notre Règle de Vie a son correspondant dans la collecte du 22ème dimanche du Temps ordinaire ?

 

         Dieu puissant, de qui vient tout don parfait,

         enracine en nos cœurs l’amour de ton nom ;

         Resserre nos liens avec toi,

         pour développer ce qui est bon en nous ;

         Veille sur nous avec sollicitude,

         pour protéger ce que tu as fait grandir.

 

Demandons au Seigneur que son Amour soit toujours plus enraciné, incrusté dans nos coeurs pour que son oubli soit impossible. Une fois son Amour dans nos cœurs, Dieu peut y travailler et stimuler notre désir de le servir. Cet Amour a besoin d’être entretenu et nourri, c’est pourquoi nous demandons au Seigneur de resserrer nos liens avec Lui. Qu’Il veille sur chacune de nous, sur notre Congrégation, avec sollicitude.

 

«Et nous, nous avons répondu : «Pour nous, nous avons cru à l’Amour»

 

«Nous avons cru à l’Amour» se trouve dans la première épître de saint Jean (4,14)

Quelques versets plus haut, se trouve le sommet de la Révélation : «Dieu est Amour» (Jn 4,8)

et au verset suivant : «Voici comment s’est manifesté l’Amour de Dieu au milieu de nous :

Dieu a envoyé son Fils unique, afin que  nous vivions par Lui.» Ainsi notre réponse en découle :

«Nous avons cru à l’Amour».

 

Ne lisons pas trop vite «nous avons cru à l’Amour». Il s’agit de ‘croire’ au sens le plus fort. Cette foi se modèle sur la foi de Jésus envers son Père, sur sa confiance totale envers son Père.

Et la foi est un don venant de l’Esprit de Dieu.Nous ne pouvons pas produire la foi en nous, nous pouvons la désirer, l’appeler, la recevoir. La foi se situe au niveau de l’être, pas du ressenti ou de l’intellect. Dieu est notre Père, nous sommes ses enfants,

nous nous confions en Lui.

 

Au début de la Congrégation, il y a eu un grand saut dans les bras de Dieu notre Père.

Cela n’a pas cessé et cela continue. Cela nous donne à vivre dans notre pauvreté, chacune

et toutes ensemble.

Demandons à Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, de nous fortifier  dans notre fidélité à son appel !

 

 

À toutes nous souhaitons une très belle fête du 14 septembre, notre fête patronale         !                                           vos Soeurs de Brou